Il était une fois, dans une contrée lointaine, une princesse qui avait tout pour être heureuse. Du moins, c’est ce que ses sujets croyaient. Personne ne pouvait imaginer que sous son sourire engageant et ses yeux rieurs se cachait un combat de toute heure. La princesse était tourmentée par une vilaine sorcière, dont la seule mention faisait trembler tous ceux qui avaient eu l’horreur de la rencontrer, Migraine la Maléfique.

À la naissance de la princesse, la reine avait appris avec dépit que Migraine la Maléfique, qu’elle avait endurée une bonne partie de sa vie, avait le projet de s’immiscer dans la vie de la princesse. La Reine était terrassée. Pour avoir elle-même côtoyé sorciers et guérisseurs, elle savait que trop bien combien ceux-ci étaient impuissants devant les pouvoirs de Migraine la Maléfique. Ne prenant aucun risque, la Reine somma ses plus puissants sorciers de créer une bulle de protection autour du château.

 L’enfant grandissait dans la joie et la grâce. Les années passant, la Reine se dit que peut-être, après tout, Migraine la Maléfique avait jeté son dévolu ailleurs.

Ce qu’elle ignorait, c’est que Migraine la Maléfique s’était éclipsée dans sa Tour pour parfaire son art. Elle avait étudié les sortilèges les plus puissants pendant des années, se promettant de revenir au sommet de sa forme…

Le jour où la princesse célébrait ses 18 ans, une terrible tempête s’abattit sur le royaume. Dans une tornade de volutes mauves, Migraine la Maléfique apparut et fit retentir son rire démoniaque : « Comme tu es jolie, princesse. Et si jeune… je vais pouvoir m’amuser avec toi pendant des années ! » La garde royale tenta de combattre la sorcière, mais leurs armes étaient vaines devant sa puissance. Effrayée, la princesse vit Migraine la Maléfique s’évaporer dans une dense fumée qui pénétra dans chaque pore de son corps.

Elle entendit à nouveau le rire sonore de Migraine la Maléfique, mais à l’intérieur d’elle. Elle pouvait sentir les violents coups d’épée que la sorcière lui donnait. Elle s’écroula sous le choc.

Lorsqu’elle reprit ses esprits, elle était allongée dans son lit, pâle et tremblante. Sa mère sanglotait à ses côtés. Elle lui expliqua qui était Migraine la Maléfique et les multiples douleurs qu’elle pouvait infliger. «Mais… pourquoi ? » demanda la princesse. « Pour le pouvoir. N’étant pas de sang royal, Migraine la Maléfique ne pourra jamais régner légitimement. Elle a donc concocté une potion spéciale lui permettant de vivre à travers les héritiers de la famille royale. En prenant possession de notre corps, elle obtient le pouvoir qu’elle a toujours souhaité. »

La princesse hérita le jour de ses 18 ans d’un terrible fardeau. Au fil des années qui suivirent, elle tenta de mener une vie normale malgré les tempêtes fréquentes de Migraine la Maléfique. Ce combat incessant fragilisa la princesse et Migraine la Maléfique prit de plus en plus de place et de puissance, monopolisant tout l’espace, tout le temps. Malgré tout, la princesse demeurait douce et optimiste. Elle se soumettait à toutes les potions que les guérisseurs du royaume lui apportaient, potions qui neutralisaient par moments Migraine la Maléfique, mais ça ne durait jamais bien longtemps.

Voyant combien la puissance de Migraine la Maléfique était grande, la princesse fit venir parchemins et grimoires et lut tout ce qu’elle trouva sur son sujet. Elle fut fascinée par toutes ses manifestations au fil des époques. À sa grande surprise, elle constata que son histoire était loin d’être un cas isolé : ils étaient des milliers à souffrir de Migraine la Maléfique et de ses apprentis. Elle commença à correspondre avec d’autres princesses, l’arrivée du pigeon voyageur facilitant les échanges. Se sentant mieux entourée, comprenant mieux les mécanismes de Migraine la Maléfique et pouvant en discourir avec d’autres victimes, la princesse vivait mieux sa situation.

Au fil des ans, les guérisseurs devinrent des médecins. Les médecins nommèrent simplement migraine ce tyran interne qui terrasse tant de gens. Mais en chaque migraine sommeille Migraine la Maléfique et, parfois, les soirs d’Halloween on peut l’entendre rire de sa suprématie sur toutes les autres sorcières… Elle seule a réussi à traverser toutes les époques, bien cachée dans le lobe temporal de ses victimes.

*** Cette histoire est bien entendu totalement fictive, 100 % tirée de mon imagination fertile. J’avais envie de profiter de l’Halloween pour raconter la migraine sous un autre angle, celui des contes et leurs vilaines sorcières. Ça lui sied bien, je trouve ! ***