Par Dre Elizabeth Leroux, avril 2019

Nous avons besoin de meilleures options pour la prévention de la migraine. Grâce aux chercheurs tenaces qui ont travaillé fort sur le CGRP (peptide lié au gène de la calcitonine), nous disposons maintenant d’une nouvelle classe de médicaments : les anticorps inhibiteurs du CGRP. Vous trouverez ci-dessous un tableau des médicaments avec les doses, le nom des marques et leur statut au Canada. À l’heure actuelle, trois produits sont offerts aux États-Unis. Un autre produit, l’eptinezumab, n’est pas encore offert aux États-Unis, et aucun plan en ce sens n’est prévu pour le Canada.

  Erenumab APPROUVÉ AU CANADA depuis décembre 2018 Galcanezumab PAS ENCORE APPROUVÉ AU CANADA Fremanezumab PAS ENCORE APPROUVÉ AU CANADA
Nom de marque Aimovig Emgality Ajovy
Cible de l’anticorps Récepteur du CGRP CGRP directement CGRP directement
Dose 70 mg par mois ou 140 mg par mois, auto-injecteur Première dose de 240 mg, 120 mg par mois, auto-injecteur 225 mg par mois ou 675 mg aux trois mois, seringue
Accès Programme Aimovig GO jusqu’à la mise en place d’une couverture par les polices d’assurance À venir À venir
Mise à l’essai pour les migraines épisodiques Oui Oui Oui
Mise à l’essai pour les migraines chroniques Oui Oui Oui
Mise à l’essai pour les céphalées de Horton Non Oui Publication des résultats à venir Oui Publication des résultats à venir

Voici quelques commentaires utiles à propos des anticorps monoclonaux inhibiteurs du CGRP. Certains portent spécialement sur Aimovig, car il est le seul offert au Canada pour le moment.

  • Les anticorps monoclonaux inhibiteurs du CGRP ont démontré leur efficacité dans la prévention des migraines épisodiques et chroniques chez les adultes. À titre de rappel, Botox a été approuvé pour les migraines chroniques, mais pas pour les migraines épisodiques.
  • La réponse à tout médicament peut varier énormément d’une personne à l’autre. Soyez vigilant à propos des témoignages personnels partagés sur les médias sociaux. Ne perdez pas de vue que l’histoire racontée est celle d’une seule personne. Reportez-vous à notre tableau qui repose sur des résultats publiés, afin d’évaluer les taux de réponse de 50 et 75 % dans différents sous-groupes de migraines.
  • Aimovig peut être prescrit par tout médecin ayant droit de pratique au Canada, et pas uniquement par des neurologistes ou des spécialistes de la migraine. Un médecin de famille qui connaît bien la gestion de la migraine peut le prescrire. Nous envisageons une situation similaire pour Emgality et Ajovy lorsqu’ils seront approuvés.
  • Les anticorps monoclonaux inhibiteurs du CGRP seront testés sur des enfants et des adolescents, mais aucun résultat n’est encore disponible. Par conséquent, ils ne peuvent être prescrits à des patients de moins de 18 ans pour le moment.
  • Il n’y a aucun résultat publié sur les effets des anticorps monoclonaux inhibiteurs du CGRP sur les céphalées post-traumatiques et les céphalées quotidiennes persistantes de novo. Espérons que les recherches sur ces migraines fortement invalidantes feront des progrès.
  • Des recherches avec Emgality et Ajovy sur les céphalées de Horton laissent présager un bienfait dans les cas de manifestations épisodiques de la maladie, mais pas dans les cas chroniques. D’autres recherches sont nécessaires.
  • L’avis de Santé Canada sur Aimovig ne contient aucune contre-indication, mais certains médecins pourraient être réticents à le prescrire à des personnes aux prises avec des problèmes de santé particuliers. Discutez ouvertement avec votre médecin avant toute décision sur la prise d’un médicament.
  • Les anticorps monoclonaux inhibiteurs du CGRP ne doivent PAS être prescrits à des femmes enceintes ou qui prévoient de l’être. Il est conseillé de cesser leur utilisation quelques mois avant la conception. Ce point important doit faire l’objet d’une discussion avec votre médecin.
  • Il n’y a actuellement aucune étude sur les anticorps monoclonaux inhibiteurs du CGRP avec des cas de migraines hémiplégiques. Il s’agit d’un sujet complexe qui doit faire l’objet d’une discussion personnalisée avec votre médecin.
  • L’accès à Aimovig peut être facilité grâce au programme de soutien aux patients Aimovig GO. Ce programme prévoit un soutien financier couvrant le coût du médicament jusqu’à ce que les compagnies d’assurance-médicaments prennent une décision.
  • Le programme Aimovig GO est accessible partout au Canada, mais le médecin prescripteur doit connaître ce programme et remplir un formulaire pour inscrire le patient.
  • À l’heure actuelle, les critères d’accès au programme Aimovig GO sont huit jours ou plus de migraine par mois et l’échec de deux mesures préventives reconnues (en raison des effets secondaires ou de leur inefficacité).
  • Dans le cas des patients souffrant de quatre à sept jours de migraine par mois, le programme Aimovig GO peut fournir une assistance pour une formation sur l’injection et verser une quote-part conjointement avec des assureurs privés.
  • Le coût pour une dose de 70 mg du médicament Aimovig est de 530 $ CA. Des frais d’administration en pharmacie et les taxes applicables s’ajoutent habituellement à ce montant. Le coût d’un traitement annuel devrait osciller autour de 6 000 $ CA.
  • La quote-part pour le médicament Aimovig peut varier d’un régime d’assurance-médicaments à l’autre. Parlez-en à votre médecin et à votre compagnie d’assurance.
  • Les assureurs publics n’ont pas encore rendu leur décision à propos de la couverture du médicament Aimovig (en date d’avril 2019).
  • À l’heure actuelle, il est possible d’utiliser à la fois Botox et Aimovig pour traiter les migraines chroniques. Il n’y a aucune contre-indication pour combiner les deux. Des recherches sont attendues, afin de voir si cette combinaison procure des bienfaits aux patients. Les prescriptions conjointes pourraient poser des difficultés sur le plan des assurances selon les décisions des compagnies d’assurance.
  • Les anticorps monoclonaux inhibiteurs du CGRP demeurent une nouvelle catégorie de médicaments. C’est un fait bien connu en médecine qu’une fois qu’un médicament est mis en marché, certains effets secondaires peuvent sembler plus courants, et certains patients plus réfractaires ne réagissent pas aussi bien que dans les résultats des études.
  • Cela dit, plus de 200 000 personnes dans le monde ont été exposées à Aimovig au cours de la dernière année. Les effets secondaires font l’objet d’un suivi étroit, et l’expertise médicale s’enrichit.