Encouragez Yannick Beaulieu à faire la SPARTAN ULTRA WORLD CHAMPIONSHIP 2018 en Islande en décembre en faisant un don à Migraine Québec. Objectif 4000 $ ! Tous les fonds sont au profit de Migraine Québec.

Cliquez ici pour faire un don.

Le montant total des dons reçus à ce jour:  2,523.00$

En décembre 2018, mon conjoint Yannick s’envolera pour l’Islande afin de participer à un événement bien spécial, la SPARTAN ULTRA WORLD CHAMPIONSHIP 2018. Avec son énergie incroyable et en vivant sa passion pour le sport, il s’est qualifié pour participer à cette grande course à obstacles qui aura lieu dans un pays où les conditions météorologiques sont difficiles et très imprévisibles. Yannick, assumant les frais de cet évènement et de ce voyage par lui-même, m’a offert de récolter des fonds pour une cause qui me touche et lui aussi de manière indirecte, les migraines. C’est ainsi que nous ait venu l’idée de profiter de cette occasion pour ramasser des fonds pour MIGRAINE QUÉBEC, un organisme qui informe, soutient et offre des pistes de solution aux personnes migraineuses, à leurs proches et aux professionnels de la santé. Leur mission aide également à briser l’isolement des gens qui vivent avec cette maladie qui n’est pas toujours bien comprise. En réalisant ce grand défi qui demandera d’affronter des intempéries, de faire preuve de tolérance et de dépassement, Yannick souhaite aider des millions de personnes au Canada qui, comme moi, affrontent la douleur au quotidien. De mon côté, c’est en partageant mon histoire que je souhaite sensibiliser les gens à cette maladie qui est beaucoup plus invalidante qu’on peut le  croire.

Voici donc mon histoire…

Par Jessica Labelle

Une nouvelle journée commence. Ce matin, comme à la plupart de mes réveils, je sens sa présence. Elle est là ! Parfois, elle vient me voir plus tard dans la journée ou en soirée. Quelquefois, elle me tire de mon sommeil en pleine nuit. À d’autres moments, elle arrive quand il y a beaucoup de lumière ou de bruits. Aussi, elle arrive quand une personne se met trop de parfum. Ah, elle  se glisse à mes côtés quand je mange trop salé ou sucré, quand je décale mon heure de repas ou quand je ne bois pas assez d’eau. Si j’ai le malheur de me coucher trop tard, elle vient aussi me visiter. Si je dois accomplir une tâche plus exigeante, elle se pointe également le bout du nez. S’il fait trop chaud dehors ou trop humide, elle est là aussi. Elle est presque toujours avec moi. Parfois, sa présence enlève mes capacités de fonctionner normalement. Elle m’oblige à rester au frais, dans le noir, sous mes couvertures. D’autres fois, elle maintient une distance raisonnable, ne siphonnant qu’un petit peu d’énergie, tout en me laissant bien fonctionner. Heureusement, il arrive à l’occasion qu’elle me laisse un répit total. Je la remercie dans ces instants-là de pouvoir être pleinement moi, sans douleur et au meilleur de mes capacités. Je parle ici de ma maladie, la migraine chronique. Elle qui est venue me rencontrer à mes cinq ans, alors que j’étais à Walt-Disney. Elle m’avait alors enlevé l’envie d’aller voir Mickey en me gardant au lit avec un sac de glace. Depuis, elle fait partie de ma vie à différent degré d’intensité.

La migraine ne vient pas seulement pour me donner mal à la tête. En plus de me donner l’impression que des boxeurs professionnels frappent dans mes tempes, elle arrive avec une douleur insupportable dans ma nuque, mon cou et mes épaules, comme si je portais le poids du monde sur mon dos. Elle arrive avec la nausée, une fatigue extrême, des étourdissements et des vertiges. Elle arrive avec des larmes qui coulent de mes yeux parce que je ne tolère plus la lumière quand elle est là, et en plus, elle me donne l’impression que mes yeux tirent vers l’arrière de mon crâne, qui lui, est lourd et douloureux. Elle arrive aussi avec des douleurs dans les oreilles et une intolérance soudaine à tous les bruits ambiants. Elle enlève ma concentration et me fait chercher mes mots. Bref, elle n’est pas super-accommodante cette chère migraine!

Pourtant, même si elle est là, je dois continuer de vivre ma vie. Je dois travailler et assumer mes tâches quotidiennes. Je veux continuer d’entretenir des relations familiales et sociales. Je souhaite vivre une vie de couple épanouie, je veux aussi voyager et vivre des passions. Ce n’est pas simple d’arriver à rattraper le temps en 2018 dans une société où la performance est mise à l’avant-plan ! Imaginez-vous vivre avec la présence de cette migraine qui vous ralentit et qui s’empare de votre corps et de votre esprit, comme ça, subitement, sans que vous  vous y attendiez. Parfois, elle est plus prévisible, car vous en venez à mieux connaître les facteurs qui la déclenchent. Mais avez-vous vraiment envie d’être empêché d’aller au soleil, de manger au restaurant, de voir un spectacle, de jouer avec vos enfants ou de voyager ? Non ! Mais hélas, ces beaux moments sont aussi parfois synonymes de déclencheurs de migraine.

Heureusement, au fil des années, j’ai réussi à fonctionner malgré sa présence. J’ai réussi à terminer cinq années universitaires, à voyager, à mener une vie sociale active et à travailler à temps plein. Toutefois, depuis l’année dernière, les crises migraineuses ont augmenté de manière significative en plus de subir certains facteurs de stress professionnels importants. Ceci m’a donc obligé à prendre un temps d’arrêt qui, lui, m’a forcée à donner du répit à mon corps et mon mental. Il faut savoir que de  vivre avec la migraine chronique m’a pris  énormément d’énergie et m’a rajouté des défis constants pour mener une « vie normale » jusqu’ici. De plus, ça m’a fait prendre une tonne de médicaments sans lesquels j’aurais été très souvent confinée au lit. Vingt-cinq ans après l’apparition de cette maladie qui m’a fait voir un bon nombre de spécialistes, certains parfois impuissants face à mon combat quotidien et à l’inefficacité des traitements, j’ai dû prendre le temps d’explorer d’autres moyens pour m’aider. C’est ainsi que la pratique de la méditation pleine conscience m’a offert un beau cadeau, elle m’a poussé à faire face à cette maladie, à cesser de la fuir pour l’accueillir et l’accepter. Elle m’a fait comprendre que l’adrénaline qui m’a permis d’avancer où je suis aujourd’hui est un peu à sec. Elle m’a fait comprendre que je dois ralentir, je dois changer des habitudes de vie et mener une vie moins active qu’autrefois. Je dois composer avec la souffrance et écouter davantage les signaux de mon corps. Mon conjoint doit aussi souvent composer avec mes plaintes, les changements de plan dans nos activités/projets commun(e)s et le fait de me voir souffrir en ne pouvant rien changer à ma douleur. Il est affecté indirectement par ma condition. Les proches aussi en souffrent. Toutefois, je garde confiance en mon processus de guérison ou plutôt, d’acceptation. Cette maladie que j’apprivoise à l’aide de la pleine conscience fait en sorte que je remets toujours en premier plan ma santé et ça c’est précieux.

Il peut être difficile pour les gens non migraineux de comprendre l’ampleur de la maladie et du handicap qu’elle peut créer. Il faut savoir que de vivre de migraines chroniques s’accompagne de nombreux deuils, d’un sentiment de perdre des capacités en plus de souffrir physiquement. Sachez que la simple compassion et l’écoute sans jugement sont déjà un grand baume sur le cœur des personnes atteintes de cette maladie qui se sentent parfois incomprises. Étant psychoéducatrice de profession, la relation d’aide est pour moi une valeur essentielle à ma vie et l’écriture est un moyen puissant de m’aider dans mes défis tout en aidant les autres. J’utilise donc aujourd’hui mon expérience pour sensibiliser les gens à la réalité de cette maladie et aussi pour que les personnes qui en sont atteintes se rappellent qu’elles sont fortes et courageuses à tous les jours.

 

Pour en savoir plus sur la Spartan Ultra World Championship :

La Spartan Ultra World Championship est une course à obstacles qui comporte plusieurs types de trajets et de défis physiques. La course se fait principalement sur des parcours montagneux, rocailleux et accidentés. À travers la course, plusieurs défis physiques et obstacles doivent être affrontés tels que : escalader des murs, lancer un javelot, sauter par-dessus du feu, transporter de lourdes charges, etc. Le Championnat du monde que réalisera mon conjoint se fera dans des conditions plutôt extrêmes en Islande (conditions météos difficiles, courte durée de luminosité donc principalement dans le noir, froid, tempête de neige ou pluie, vent & brouillard). La course sera d’une durée de 24 heures où les participants devront  effectuer des boucles d’environ 10 km de course et d’obstacles le plus souvent possible pendant cette période de temps. Cela exige des mois de préparation d’entraînement, d’adapter certaines habitudes de vie pour maximiser sa forme physique et mentale et de prévoir l’équipement nécessaire. Ce défi demande également une extrême tolérance à la douleur et aux intempéries.


Note: Migraine Québec n’est pas un organisme de charité habilité à émettre des reçus pour fin d’impôt.