Article gracieuseté de Migraine.com, affiché sur leur site par Teri Robert – 14 février 2012. Cet article a été traduit de l’anglais avec l’autorisation expresse et ne peut être copié ou reproduit sans l’autorisation écrite de Migraine.com/Health Union LLC.

L’un des symptômes les plus fréquents de la migraine est la photophobie, soit la sensibilité accrue et souvent douloureuse à la lumière.

La photophobie peut se manifester dès la phase prodromique d’une crise de migraine et se poursuivre pendant la phase céphalalgique (la phase pendant laquelle vous avez mal à la tête).


Chez de nombreux migraineux, la photophobie se manifeste également en période intercritique (c’est-à-dire entre les crises de migraine). La photophobie pose un autre problème : elle aggrave souvent la douleur migraineuse.

Jusqu’à récemment, la raison pour laquelle la lumière aggravait la douleur migraineuse était un mystère, mais une étude menée en 20101 par Burstein et ses collaborateurs a montré que les voies de la vision et de la douleur convergent dans le cerveau, de sorte que la lumière vient aggraver la douleur migraineuse.

Au cours d’une entrevue, le Dr Burstein a émis le commentaire suivant :
« Nous n’avions absolument aucune idée de l’endroit où la lumière et la douleur communiquaient dans le cerveau. Les voies de la vision et de la douleur dans le cerveau sont complètement différentes… Nous avons découvert une nouvelle voie qui part de l’œil et qui aboutit dans les régions du cerveau où se trouvent les neurones qui sont actifs pendant les crises de migraine. La lumière peut augmenter l’activité électrique dans les neurones qui sont déjà actifs au départ. »4

D’autres commentaires du Dr Burstein expliquent les résultats qu’ils ont obtenus :
« C’est ce qui explique le mal de tête lancinant ainsi que la sensibilité du cuir chevelu et des muscles de la nuque ressentis par de nombreux patients migraineux.

« Parfois, les patients migraineux portent des lunettes de soleil, même le soir… la moindre lumière peut aggraver la douleur migraineuse. Une photophobie extrêmement invalidante empêche certains patients de mener des activités de tous les jours comme lire, écrire, travailler ou conduire.

« Bien que les patients du premier groupe n’aient connu aucune aggravation de leurs maux de tête lorsqu’ils ont été exposés à la lumière, ceux du deuxième groupe ont clairement signalé une intensification de la douleur lorsqu’ils ont été exposés à la lumière, et particulièrement aux longueurs d’onde associées au bleu et au gris. Cela laissait entendre que le nerf optique devait intervenir dans le mécanisme de la photophobie puisque chez les personnes totalement aveugles le nerf optique ne transmet aucun signal lumineux au cerveau.

« De plus, nous soupçonnions qu’un groupe de cellules rétiniennes découvertes récemment qui aident à contrôler les fonctions biologiques, notamment le sommeil et l’éveil, et qui contiennent un photorécepteur appelé mélanopsine intervenaient de façon essentielle dans ce processus parce qu’il s’agit des seuls récepteurs lumineux qui fonctionnent encore chez les patients aveugles au sens de la loi.

« Lorsqu’on a inséré des petites électrodes dans ces ‘neurones de la migraine’, nous avons découvert que la lumière déclenchait un flux de signaux électriques convergeant vers ces cellules, ce qui faisait augmenter leur activité en quelques secondes… (dans le cas des neurones qui restaient actifs lorsqu’il n’y avait plus de lumière). Ceci contribue à expliquer pourquoi les patients disent que leur mal de tête s’intensifie dans les secondes suivant leur exposition à la lumière et s’atténue de 20 à 30 minutes après qu’ils se retrouvent dans le noir.

« Sur le plan clinique, cette étude prépare le terrain pour trouver des façons d’inhiber cette voie afin que les patients migraineux puissent supporter la lumière sans ressentir de douleur. »2

Étant donné tout ce que nous ne comprenons toujours pas sur la façon dont la migraine agit dans notre cerveau, il s’agit d’une étude passionnante. Maintenant que la voie qui permet à la lumière d’aggraver la douleur migraineuse a été découverte, les chercheurs peuvent travailler à trouver des façons d’inhiber les effets de la lumière sur la migraine. Une autre réelle possibilité est que cette découverte puisse permettre de mieux comprendre notre sensibilité au bruit et aux odeurs.

Quand les résultats de cette étude ont été publiés, j’ai voulu connaître l’opinion d’un autre chercheur dans le domaine de la migraine pour m’assurer que je ne prenais pas mes rêves pour des réalités. J’ai communiqué avec le Dr Richard Lipton et je vais vous faire part de quelques-uns de ses commentaires. Il a résumé cette étude ainsi que son importance et ses conséquences bien plus succintement que j’aurais pu le faire :

« Cette étude a commencé par une question intriguante sur la photophobie : ‘Comment se fait-il que la lumière aggrave la douleur pendant une crise de migraine?’ En évaluant des patients aveugles, Burstein et ses collaborateurs ont découvert que dans certaines formes de cécité, la migraine est aggravée par la lumière même chez des personnes qui ne voient pas. Chez ces patients, un groupe particulier de cellules rétiniennes (appelées cellules ganglionnaires de la rétine ou CGR) sont préservées alors que d’autres cellules, responsables de la formation des images (les cônes et les bâtonnets), sont perdues. À partir de cette observation clinique, le Dr Burstein a découvert un endroit situé profondément dans le cerveau où l’information sur la lumière transmise par ces CGR et l’information provenant de la voie de la douleur convergent. La lumière aggrave la douleur en activant les cellules nerveuses à ce point de convergence.

« Ces résultats sont importants pour les raisons suivantes :

  1. parce qu’ils démontrent clairement que la sensibilité à la lumière chez les migraineux a un fondement anatomique solide. Le symptôme est maintenant compris;
  2. parce qu’ils nous permettent de comprendre pourquoi les médicaments qui soulagent la douleur migraineuse soulagent aussi la sensibilité à la lumière;
  3. parce qu’ils nous fournissent peut-être un modèle qui nous permettrait aussi de comprendre la sensibilité au bruit et aux odeurs. »3

Que la lumière soit!

N.B.: Translated from English with express permission from the administrators of http://migraine.com/
To read the original English version of this article, please visit: http://migraine.com/blog/migraine-symptoms-photophobia-sensitivity-to-light/

N.B. : Traduit de l’anglais avec l’autorisation expresse des administrateurs du site Web http://migraine.com/

Other related articles from Migraine.com (In English only)
Double Dark
Posted by Annie—August 15th, 2013
http://migraine.com/blog/double-dark/

Migraine sensitivity to smells symptoms: an introduction
http://migraine.com/migraine-symptoms/sensitivity-to-smells/

Sound sensitivity (phonophobia) as the first sign of migraine
Posted by The Migraine Girl—February 28th, 2014
http://migraine.com/blog/sound-sensitivity/

Potential Migraine Phases and Symptoms
http://migraine.com/migraine-basics/migraine-phases/

Sur le site de Migraine Québec:

Lunettes teintées

Comment mon médecin peut il déterminer si j’ai des migraines