Les rendez-vous d’un migraineux finissent par faire vraiment beaucoup. Il y a le spécialiste des maux de tête ou le neurologue, bien sûr, mais aussi divers autres professionnels, selon les traitements que vous essayez actuellement : l’acupuncteur, le physiothérapeute, le chiropraticien, le naturopathe, le massothérapeute, le psychothérapeute… Ça devient épuisant, particulièrement lorsqu’aucun des traitements ne semble efficace.

Article gracieuseté de Migraine.com. Cet article a été traduit de l’anglais avec l’autorisation expresse et ne peut être copié ou reproduit sans l’autorisation écrite de Migraine.com/Health Union LLC.

Parfois, vous avez besoin de prendre une pause, quelques mois pendant lesquels vous n’avez aucun rendez-vous, aucun médicament à prendre ni aucun traitement à suivre. Cette pause vous permet de vous détendre et de récupérer sur les plans physique, émotionnel et même spirituel, si cet aspect fait partie de votre vie.

Cependant, il est essentiel de déterminer si vous prenez une pause pour vous reposer ou parce que vous avez perdu espoir de trouver un traitement efficace. Refaire ses forces, c’est bien, mais perdre espoir, c’est effrayant et c’est peut-être un signe de dépression.

Alors, comment prendre une pause sans sombrer dans le gouffre du désespoir?

  1. Soyez honnête avec vous-même au sujet de la raison pour laquelle vous prenez une pause. Avez-vous besoin de recharger vos batteries ou vous sentez-vous vaincu(e)? Si vous vous sentez vaincu(e), ne manquez pas :
  • de le dire aux professionnels de la santé qui vous soignent. Il est peut-être temps d’essayer un autre traitement ou de mettre officiellement fin à votre relation avec ce professionnel. Il arrive parfois que les professionnels de la santé, quel que soit le traitement qu’ils prodiguent, atteignent les limites de leur expérience, de leur compétences ou de leurs connaissances. Malheureusement, nombre d’entre eux ne veulent pas l’avouer à leur patient (ou se l’avouer à eux-mêmes) et préfèrent rejeter la faute sur le patient ou continuer d’essayer des traitements inefficaces. Ne pas leur cacher ce que vous ressentez leur donnera l’occasion d’être honnêtes ou, du moins, de mettre fin à un traitement inutile;
  • de dire à votre spécialiste des maux de tête que vous vous sentez épuisé(e). Peut-être qu’un effet indésirable d’un médicament que vous prenez vous épuise et qu’il faut que vous cessiez de le prendre ou que vous le remplaciez par un autre. Si vous avez simplement besoin d’arrêter d’essayer de nouveaux traitements pour quelque temps, il faut quand même que vous ayez accès aux médicaments de secours que le spécialiste des maux de tête peut vous prescrire. Le spécialiste continuera d’avoir votre cas présent à l’esprit dans l’éventualité où un nouveau traitement qui semble répondre à vos besoins était offert (sans les effets indésirables que vous êtes incapable de tolérer);
  • de le dire à une personne que vous aimez et qui vous comprend. Qu’il s’agisse de votre conjoint(e), d’un(e) ami(e), d’un(e) parent(e), d’un membre du clergé, d’un frère ou d’une sœur, il est important que les personnes qui sont proches de vous sachent ce que vous vivez. Ils peuvent vous fournir une aide ou des conseils pratiques pour alléger votre fardeau;
  • de faire un test de dépistage de la dépression en ligne. La dépression est une affection comorbide, ce qui signifie que les personnes atteintes d’une affection (dans ce cas-ci, la migraine) sont plus susceptibles que la population générale d’être atteintes de l’autre affection (la dépression). Traiter la dépression peut diminuer la fréquence ou la gravité des migraines, ou les deux à la fois.
  1. Fixez une limite de temps pour la pause, par exemple, trois ou six mois. Prévoyez un rendez-vous à la fin de cette période pour établir clairement la date à laquelle la pause se terminera.
  2. Évaluez si vos rendez-vous sont fructueux. Un spécialiste des maux de tête me fixait un rendez-vous tous les mois. Au début, j’avais l’impression qu’il traitait de façon intensive mes crises de migraine, mais cette fréquence n’était pas productive. Je n’étais pas épuisée de façon générale, mais j’avais simplement besoin de le voir moins souvent.
  3. Demandez-vous si vous avez atteint votre limite avec un professionnel de la santé particulier. S’il est temps de consulter un nouveau spécialiste des maux de tête, il vous faudra un certain temps pour le trouver. Obtenir un rendez-vous avec le nouveau spécialiste prendra encore plus de temps. Il n’est pas rare qu’un nouveau patient doive attendre six mois.
  4. Cela peut sembler contradictoire, mais envisagez de consulter un psychothérapeute si vous ne l’avez pas déjà fait. Ce professionnel peut vous aider à surmonter le chagrin, la fatigue et l’épuisement que vous ressentez lorsque vous vivez avec une maladie qui bouleverse votre vie. Adopter des stratégies d’adaptation pratiques allégera la corvée de la prise en charge du traitement.

Certains défenseurs des droits des patients seront peut-être scandalisés parce que je semble recommander de prendre une pause des traitements. Je ne suggère cette solution qu’en dernier recours; si vous n’en pouvez vraiment plus, alors n’hésitez pas, faites-le.

La réalité, c’est qu’être malade est épuisant, et nous sommes des êtres humains qui, en plus d’être malades, doivent composer avec les exigences de la vie quotidienne. Nos ressources ne sont pas inépuisables. Parfois, les difficultés auxquelles on se heurte pour obtenir un autre rendez-vous et l’éventualité d’une autre déception, c’est plus qu’on peut en supporter.

Article gracieuseté de Migraine.com, affiché sur leur site par Kerrie Smyres – 23 mai 2013

N.B.: To read the original English version of this article, please visit: http://migraine.com/blog/taking-a-treatment-break/
N.B. : Traduit de l’anglais avec l’autorisation expresse des administrateurs du site Web http://migraine.com/

Sur le site de Migraine Québec:

L’art de vivre un sevrage sainement

La céphalée médicamenteuse