Question du patient

« Je suis un Homme de 27 ans, dans l’informatique depuis l’âge de mes 18 ans. Je fais du sport de façon répétée (au moins 3 fois par semaine). Je surveille également mon alimentation afin de manger des aliments sains et bons pour la santé. Je suis victime de Migraines avec auras depuis l’âge de 15 ans (environ).

Voici comment je pourrais décrire mes crises: dans un premier temps, je ressens parfois des fourmillements dans la lèvre inférieure, puis dans les joues. Rapidement après viennent les troubles visuels (je perds la vision centrale, ou la vision sur la partie gauche). En général cet effet est réversible en 30 minutes environ, mais je reste très sensible à la lumière pendant 24h après la crise. Très rarement je suis victime de nausée. Puis viennent de très forts mots de tête qui peuvent varier de façon géographique dans mon cerveau. Le traitement qui semble faire ses preuves est le suivant: Prise d’un café dès l’apparition des troubles visuels puis prise de paracétamol 1000 Mg. Repos dans le noir complet et la migraine passe assez rapidement (en quelques heures). Jusqu’à présent, le rythme des migraines était d’une par année, cependant, depuis quelque temps je déplore plus d’une dizaine de migraines avec auras… Cette « période » de migraine a débuté par une très forte migraine. J’ai continué a ressentir comme des auras à minima pendant plusieurs semaines après la migraine (hyper sensibilité à la lumière, gène pour regarder les écrans, comme des « trous » visuels). Tout ceci sans forcément avoir mal à la tête.

Je me suis rendu chez mon généraliste qui m’a prescrit une IRM. Les résultats sont bons, il n’y avait rien d’alarmant. Les migraines on continué et les troubles visuels on également diminué avec le temps. Cependant, j’ai l’impression d’être beaucoup plus sensible à la lumière au quotidien et de ressentir une gêne visuelle quasi permanente, bien que très légère… Également, l’impression d’avoir des douleurs au niveau du coup et à l’arrière de la tête. Je suis allé faire contrôler ma vue chez un ophtalmologue et il n’a rien décelé de particulier. Ma correction visuelle (hypermétropie) est toujours adaptée à ma vue. Pensez-vous que ces troubles qui perdurent soient liés aux migraines? Me conseillez-vous de consulter un neurologue? Mon généraliste m’a prescrit du Imigrane mais les effets indésirables me font peur et je n’ose pas en prendre pour le moment. Que pensez-vous de ce médicament? Vis à vis de mes gènes, y a t’il un comportement à risque à éviter? Des compléments alimentaires à prévoir? Je vis dans la phobie qu’une crise de migraine se manifeste à nouveau et même si je sais identifier les crises, le moment on je perds partiellement le vue me fait énormément stresser, car j’imagine des causes plus graves qu’une migraine… »

 

Réponse du Dr Leroux

« Tout d’abord je vous remercie de ce témoignage détaillé et très descriptif de votre réalité, qui est celle de milliers d’autres personnes. Vos symptômes sont typiques de migraine avec aura. Évidemment, L’IRM est rassurante. La vaste majorité des migraineux avec aura ont une IRM normale qui ne montre pas de lésion de la matière du cerveau. Le problème est à un niveau microscopique, électrique et chimique. Le fait d’accélérer la fréquence des crises après un épisode plus sévère n’est pas inhabituel. Il était cependant justifié de consulter un médecin. Concernant votre photosensibilité plus constante, je dois dire que j’entends cette observation assez souvent dans mon cabinet, mais nous avons bien peu de science à nous mettre sous la dent à ce sujet. Le cerveau migraineux est hyperexcitable, mais aussi peu habituable. Ceci signifie que les migraineux ont de la difficulté à baisser l’intensité des stimuli répétés que d’autres personnes finissent par ignorer. Cela vaut pour les lumières, mais aussi pour les sons, les odeurs et le mouvement.

Je vous encourage à essayer l’imigrane (sumatriptan) prescrit par votre médecin. En fait, je suis même surprise qu’avec des crises comme vous les décrivez, vous n’ayez pas eu de triptan. Mais comme vous le soulignez, elles étaient peu fréquentes. Si ce traitement ne vous convient pas, il faut en essayer d’autres.

Concernant vos gènes, on peut dire que votre risque vasculaire (par exemple celui de faire un accident vasculaire cérébral) est un peu plus élevé que celui d’une personne sans migraine avec aura, mais attention, il ne sert à rien de s’énerver : le risque reste faible si vous n’avez pas de facteurs de risque plus significatifs comme l’hypertension, le tabagisme et le diabète. L’exercice régulier est un excellent protecteur contre une quantité de maladies. Aussi, je vous conseillerais simplement de conserver vos bonnes habitudes de vie. Maintenant, il existe des traitements préventifs des migraines, mais ceci dépend évidemment de votre fréquence actuelle. Je ne peux aucunement prévoir ce qui arriverait à votre photosensibilité avec ces traitements. Je souligne l’importance du sommeil et d’une bonne hydratation pour les migraines avec aura. Parfois, un supplément de magnésium (300 mg 2 fois par jour) peut aider, mais peut donner des selles molles.

La phobie de la prochaine crise est un phénomène répandu, surtout après une période difficile et parfois franchement traumatisante. Cette anxiété est souvent mal comprise par l’entourage. En général les migraines sont sous-estimées par la population et par les médecins. Bref, nous en avons encore beaucoup à apprendre sur les migraines et sur les auras. J’espère vous avoir donné quelques informations utiles, et je vous souhaite de vous améliorer et de trouver des traitements qui vous aideront. »

Dr Elizabeth Leroux, MD, FRCPC (spécialiste en médecine des céphalées)