La première chose à faire: parler à votre médecin! La plupart des études médicales excluent les femmes enceintes (eh oui, on est toujours plus précautionneux dans ce contexte), aussi les preuves concernant la sécurité d’un médicament sont difficiles à obtenir.

En général, le Tylenol, le Gravol, le Diclectin (médicament contre les nausées), sont considérés sécuritaires, mais on doit s’en tenir à une utilisation minimale. Les anti-inflammatoires (Advil, Motrin, ibuprofène) doivent absolument être évités durant le 3e trimestre car ils peuvent être dangereux pour le foetus. Au 2e trimestre, la situation doit être discutée avec le médecin.  Les triptans (Imitrex, Zomig, Relpax, Axert, Maxalt, Frova, Amerge), la DHE (dihydroergotamine) et l’ergotamine (Cafergot) sont contre-indiqués durant la grossesse. Cependant, si vous avez pris un de ces médicaments et que vous étiez enceinte sans le savoir, pas de panique: certaines données (registres d’observation) sont rassurantes, et une seule prise ne devrait pas porter à conséquence.  Votre médecin pourra vous renseigner sur le classement du médicament choisi pour vous soulager pendant la grossesse. Sur Internet, le site suivant est utile (malheureusement en anglais seulement, mais fait au Canada, à Toronto): http://www.motherisk.org/women/drugs.jsp.

Dr Elizabeth Leroux, MD, FRCPC, Neurologue, médecine des céphalées