Vous avez mal à la tête la plupart du temps? Vous avez de la difficulté à dire si vous avez une crise ou si vous êtes juste « pire que d’habitude »? Vous prenez souvent des médicaments pour casser votre douleur? Pourtant, il y a quelques années, vous n’aviez qu’une ou deux crises par mois… que se passe-t-il?

 

ATTENTION: Si vous souffrez d’un mal de tête fréquent non-diagnostiqué par un médecin, cet article ne s’applique pas nécessairement à vous. Consultez votre médecin si vos maux de tête progressent ou vous inquiètent.

Lorsqu’on parle de maux de tête chroniques, cela signifie que la personne a mal à la tête plus de 15 jours par mois, depuis plus de 3 mois. Plusieurs causes sont possibles pour expliquer cette situation, une d’entre elles est la chronification de la migraine.

Cette forme sévère de migraine touche 1% de la population (près de 80 000 personnes au Québec seulement).

On parle de migraine chronique si une personne a plus de 15 jours de migraine par mois, dont 8 crises migraineuses, et ce, depuis plus de 3 mois. Il faut qu’une autre cause de maux de tête chroniques (incluant la céphalée médicamenteuse) ait été exclue adéquatement.

La migraine chronique est invalidante et a des répercussions sur le travail, la vie sociale et l’humeur des gens qui en souffrent.

Les facteurs associés à la migraine chronique sont : l’obésité, la prise régulière de café, le sexe féminin, l’utilisation régulière de traitements de crise, l’apnée du sommeil, un antécédent de traumatisme crânien, une longue histoire de migraines fréquentes.

Les femmes sont plus atteintes : 3 femmes pour un homme souffrent de migraines chroniques.

L’accélération de la fréquence des crises peut être entraînée par plusieurs facteurs: stress, changement du rythme de vie, accident… et surtout une prise régulière de médicaments analgésiques.
Voyez le cas typique de Mme X ci-dessous, illustré par les graphiques A,B et C.

Le cas de Mme X:

Mme X avait 3 crises par mois. Elle prenait de l’Excedrin migraine. Ses crises survenaient lorsqu’elle manquait de sommeil (graphique A).

alt

alt
Suite à un changement de travail, son sommeil est perturbé. Elle commence à avoir davantage de crises, et à prendre davantage d’analgésiques (graphique B).

Quelques mois plus tard, les maux de tête sont quasi permanents. Elle prend des Tylenol, de l’Advil ou de l’Excedrin presque chaque jour, mais les crises ne sont plus aussi violentes. Il y a eu ce qu’on appelle transformation de la migraine (graphique C). Douleur permanente, crises émoussées, prise fréquente d’analgésiques… Cette situation rend la vie plutôt… invivable! Mme X se dispute avec son conjoint, son employeur n’est pas content, son médecin dit qu’elle a un mal de tête à cause du stress et son scanner du cerveau est normal. Elle devient déprimée, ce qui pousse son conjoint à dire qu’elle invente des maux de tête pour se justifier…

alt

 

Cette histoire, on l’entend souvent dans les bureaux médicaux. Y-a-t-il des solutions? En général, OUI!

Lisez la page d’information sur la céphalée médicamenteuse, un problème qui touche près de 1% de la population.

Les autres facteurs associés à la chronification ou la transformation de la migraine sont l’obésité, l’apnée du sommeil, la prise régulière de café, la dépression, les troubles du sommeil. Il faut corriger le tir ! Lisez la section sur les habitudes de vie!

Consultez votre médecin. Si vous avez des questions, vous pouvez nous écrire: [email protected]

Dr Elizabeth Leroux, MD, FRCPC, Neurologue, médecine des céphalées